LE MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT HUMAIN

PROCESSUS DE PRODUCTION DU HANDICAP

Le Modèle de développement humain – Processus de production du handicap (MDH-PPH) est un modèle conceptuel créé à partir des travaux de recherche dirigés par Patrick Fougeyrollas (anthropologue québécois).

Le MDH-PPH montre que la réalisation des habitudes de vie peut être influencée par le renforcement des capacités ou la compensation des incapacités par la réadaptation et des aides techniques, mais également par la réduction des obstacles dans l’environnement. Les obstacles sont, par exemple, les préjugés, le manque d’aide ou de ressources, l’absence d’accessibilité du domicile ou de l’école, la difficulté de se procurer de l’information imprimée adaptée ou se déplacer au moyen d’une signalisation accessible.

Le modèle conceptuel introduisait également l’idée que les « facteurs environnementaux » présents dans le milieu de la personne ou d’une population peuvent se révéler être des facilitateurs ou des obstacles. Le MDH-PPH avançait l’idée que le niveau de réalisation des habitudes de vie d’une personne ou d’une population serait déterminé par le résultat de l’interaction entre ses facteurs personnels et les facteurs environnementaux présents dans son milieu de vie à un moment donné dans le temps. Les situations de participation sociale ou de handicap évoluent en fonction des changements observés aux facteurs personnels et aux facteurs environnementaux.

Pour aller plus loin dans la connaissance du modèle : https://ripph.qc.ca/modele-mdh-pph/le-modele/

Illustration du schéma PPH au travers de Damien Seguin, navigateur au palmarès impressionnant.

Damien Seguin a participé au Vendée globe 2020 – 2021 à bord d’un Imoca. Il est aussi champion para-olympique à Rio en 2016.

L’habitude vie à laquelle aspire Damien Seguin est celle d’un skipper participant aux compétitions internationales.

Damien Seguin est en situation de handicap : parmi ses facteurs personnels, il se trouve que Damien Seguin n’a qu’une main. Or pour les instances qui autorisent la participation aux compétitions internationales, un skipper doit avoir deux mains : « une main pour le marin, une main pour le bateau ».

Le schéma PPH identifie cette règle comme un obstacle parmi les facteurs environnementaux.

 

Damien Seguin développe ses capacités de marin et participe à des compétitions « handi ». 

Il développe ses capacités lui permettant de manœuvrer un bateau seul, il développe « une intelligence exceptionnelle de la mer et du métier de skipper ». Ses capacités deviennent des compensations à son absence de main.

Par ses résultats et une stratégie de communication performante, il parvient à prendre le départ du Vendée globe le 8 novembre 2020.

Le 28 janvier 2021, il revient aux Sables d’Olonne, 6ème place au général en 80 jours, 21 heures et 58 minutes : c‘est l’exploit d’un grand skipper.

Modele-1998_francais